Les maquettes de moulins d'Henri Cros

Le tarare est un appareil qui servait Ă  vanner les grains

A l'Ă©chelle 1/8Ăšme


En noyer noir


Il fonctionne trĂšs bien


voir la vidéo

                        Il est pourvu d'une trĂ©mie, d'un ventilateur et de trois tamis vibrants

 

                        Il est mis en mouvement par la force de l'homme Ă  l'aide d'une manivelle

Vidéo sur le fonctionnement du tarare


                                                      Lors d'une expo

Je remercie toutes les personnes qui m'ont invitĂ© Ă  participer Ă  des expositions, celles qui m'ont donnĂ© de prĂ©cieux renseignements sur les moulins ou autres mĂ©canismes, toutes celles qui se sont intĂ©ressĂ©es Ă  mes rĂ©alisations, ainsi que celles qui m'ont donnĂ© des photos, si vous en avez, je les accepterai avec grand plaisir.

Je n'oublie pas mon ami, créateur de beaux livres, sans qui la question n'aurait sans doute jamais été posée par Baptiste.

Et enfin Baptiste lui-mĂȘme qui, trois ans aprĂšs la premiĂšre maquette, m'a aidĂ© Ă  crĂ©er ce site pendant ses vacances prouvant que la solidaritĂ© intergĂ©nĂ©rationnelle ça existe encore...

La roue type Pelton entraine une magnĂ©to qui allume une DEL 

eau en circuit fermé

Un  beau moulin cĂ©rĂ©alier de 1834 appartenant Ă  une amie

Petit résumé sur les mesures à grains

 

Dans les temps anciens, en France, les produits s’échangeaient sans doute de façon anarchique suivant les rĂ©gions, comme c’est encore le cas dans certains endroits de notre planĂšte, c’était une sorte de troc, l’utilisation de la monnaie n’était pas comme on dit, monnaie courante, chacune des parties devait y trouver son compte.

 

Puis vint le temps des taxes, sur les fours pour la cuisson du pain, fouage (sorte de taxe d’habitation), passage des ponts, des fleuves, commerce divers, vin, bois, cĂ©rĂ©ales, etc.

 

La production ne pouvant ĂȘtre efficacement vĂ©rifiĂ©e, les tricheries Ă©tant coutumiĂšres, les seigneurs dĂ©cidĂšrent alors d’interdire les meules Ă  mains des paysans et les obligĂšrent Ă  se rendre au moulin dit banal du nom de ces nouvelles taxes appelĂ©es banalitĂ©s.

 

Pour les poids et les volumes, des principes de mesure furent établis localement par les seigneurs et les vassaux pour contrÎler les quantités vendues par les producteurs, pour les céréales des récipients en bois servaient de mesures.

 

Puis ces mesures en bois n’étant pas trĂšs justes, les seigneurs, toujours Ă  la recherche de meilleurs profits, les firent tailler dans de la pierre et installer, fixes ou posĂ©es sur la place du village, souvent sous des halles couvertes.

 

Celles de GruyĂšre, en Suisse,

se trouvant à l’air libre,

intriguent beaucoup le

visiteur non avisé.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


La diversité des références de ces unités

de poids et mesures en usage en ce temps lĂ 

Ă©tant variable d’une ville Ă  l’autre ne me

permettent pas de me lancer ici dans

une description dĂ©taillĂ©e.

 

 

 

 

 

                                                                                               

 

A Estaing (Aveyron) elles ont sans 

doute Ă©tĂ© sauvĂ©es du pillage par un

habitant bienveillant qui les expose

de belle maniĂšre au regard

des passants.

 

                                                                                             

                                                                                             

 

 

 

 

 

 

Certaines communes ont mis en ligne sur le net les diffĂ©rentes mesures qui Ă©taient

en vigueur dans leur ville ou village.

 

 

A ValcabrÚre (Haute-Garonne) la municipalité les a signalées par des panneaux indiquateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AprĂšs la rĂ©volution de 1789 l’abolition des privilĂšges fut dĂ©cidĂ©e, ce qui amena Ă  la saisie des moulins banaux et leur revente comme biens nationaux.

 

Et c’est en 1837 que fut mis rĂ©ellement en application notre systĂšme mĂ©trique actuel non sans difficultĂ©s, les habitudes Ă©tant bien trop ancrĂ©es dans les esprits.

 

Ensuite cette mĂ©thode de mesure fut internationalisĂ©e, il faut dire qu’à l’origine, de nombreuses personnes dans le monde s’étaient dĂ©jĂ  penchĂ©es sur le problĂšme.

 

Seuls la marine et quelques pays anglo-saxons ont conservé quelques mesures anciennes.

 

 

                                                                                               

                                                                                                                              MĂ©talliques

 

                                                                                                                    sous le halles de Martel 

 

                                                                                                                              dans le Lot

Service gratuit et accessible Ă  tous

Créer un site web gratuitement

Quelques diverses utilisations des moulins

 

Moulins Ă  mains cĂ©rĂ©aliers Fin du PalĂ©olithique, pĂ©riode des chasseurs-cueilleurs :

 

Va et vient ou pilons :  cĂ©rĂ©ales, tubercules, herbes.

 

Norias 2000 ans avant JC :

 

PerpĂ©tuelles ou Ă  traction animale dites roues persanes :  relevage de l’eau, irrigation. 

 

Moulins Ă  traction animale (moulin Ă  sang)  AntiquitĂ©.

 

Secs : farines : cĂ©rĂ©ales, pigments, minĂ©raux.

 

Humides : huiles d’olive, noix, noisette, tournesol, lin, gruau, moutarde, etc.

 

Moulins Ă  eau (et Ă  marĂ©es) :  une vingtaine d’annĂ©es avant JC ; bateaux (Ă  nef) : VIe siĂšcle.

 

CĂ©rĂ©alier, farinier : orge, seigle, sarrasin, maĂŻs, Ă©peautre, engrain, riz, chĂątaigne, blĂ© tendre ou froment, poudres, cacao.

 

Blutage des moutures, tamisage, tri des farines par finesses et séparation du son, actuellement six références de finesse de la type 45 pour les pùtisseries à la type 150 dite complÚte.

 

A huile, moulatou : olive, colza, tournesol, pĂ©pins de raisin, lin, arachide, soja, noix, noisette, moutarde, amande, pĂątes, gruau (blĂ© dur, orge perlĂ©, avoine) etc.

 

Moulinage, torsion du fil Ă  soie.

 

Hauts-fourneaux, forge, martinet, marteau-pilon, soufflet, travail du fer, outillage agricole, chaudronnerie, travail du cuivre, etc.

 

Scierie, scie à déligner pour faire des planches, des poutres.

 

Meulage et aiguisage, lames de couteaux, de scies, armes blanches, faux, outils, etc.

 

Tournage bois et métaux.

 

Foulons, pour assouplir les fibres textiles, lin, cuirs et peaux, extraction du tan, etc.

 

Broyage des racines et des feuilles pour extraire les sucs, canne Ă  sucre, betterave, les teintures, garance (rouge garance) etc.

 

Concassage, broyeurs à boulets ou à billes, pigments pour peintures, minéraux, ocres, kaolin, ciment, charbon, pyrotechnie, abrasif pour polissage, etc.

 

Pompage, eau.

 

Grosse production d’électricitĂ©.

 

Moulins Ă  vent  XIe siĂšcle 

 

CĂ©rĂ©alier, farinier : orge, seigle, sarrasin, maĂŻs, Ă©peautre, engrain, riz.

 

Moulin bladier : farine de blĂ© tendre ou froment.

 

Blutage des moutures, tamisage, tri des farines par finesses et séparation du son.

 

Pompage de l’eau

 

Eoliennes  fin XIXe siĂšcle.

 

Pompage de l’eau

 

Production d’électricitĂ©

 

Petites pensées philosophiques

 

Les moulins devraient ĂȘtre appris dĂ©s le plus jeune Ăąge et tout au long de la scolaritĂ©.


La mouture des cĂ©rĂ©ales a permis de nourrir des milliards d’individus sur la terre depuis la nuit des temps et espĂ©rons, pour encore un bon moment.


Ce devrait ĂȘtre des lieux de culte dans le monde entier, ça Ă©viterait bien de stupides conflits.


L’étude des moulins amĂšne Ă  visiter tant de domaines, en vrac :

la vie, l’ingĂ©niositĂ© de l’homme, le travail, l’échange, le commerce, l’eau, le vent, l’agriculture, l’alimentation,

la gĂ©ographie, le relief, l’hydraulicitĂ©, l’histoire, les mathĂ©matiques, la gĂ©omĂ©trie, la technologie, le bois,

les mĂ©taux, le dessin, la minĂ©ralogie, la chimie, la pharmacopĂ©e, l’art, les textiles, etc. etc.


La superbe  technique partie de la premiĂšre roue en bois archaĂŻque pour aboutir Ă  des turbines hydrauliques Francis entraĂźnant un alternateur de 257 MW, 389 MW en pointe (si, si, ça existe ! Le Pouget dans l'Aveyron) aux  turbines des centrales thermiques nuclĂ©aires et aux Ă©normes rĂ©acteurs d’avions modernes.


Et que dire de ces laizes rudimentaires et misĂ©rables qui ont sans doute inspirĂ© ClĂ©ment Ader et nous ont permis d’arriver Ă  la rĂ©alisation des immenses voiles de nos trimarans de course.


A méditer