Les maquettes de moulins d'Henri Cros

Les articles récents sont Page "Nouveautés"

Les dernières expositions à la fin de la page présente

                Bonjour,

 

                Je suis heureux de vous accueillir sur mon site de moulins miniatures.

 

                Voici un article de presse qui vous expliquera comment tout a commencé :

 


 

(( <<Dis papi, comment ça marche un moulin ?>>

 

Tout est parti de cette question posée par son petit-fils venu passer ses vacances.

 

<<Viens, tu vas me donner un coup de main, nous allons faire une maquette, ça vaudra mieux qu’un long discours>>

 

Une feuille blanche, un crayon, un brin d’imagination, des planches, des vis, du ciment et de vieux outils de bricoleur.

 

Quelques jours après, Baptiste, du haut de ses dix ans, savait.

 

Il était en admiration devant le céréalier avec sa trempure, son cabalet, son blutoir, la scie et son chariot automatique, le martinet, la forge et son soufflet, l’ensemble mû par une roue à aubes sans oublier le rouet et la lanterne. (voir photo ci-dessous)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut dire qu’ Henri avait modestement aidé un ami pour la préparation d'un livre sur les moulins à eau.

 

Boosté par son ami, il continua avec un moulin à huile et son pressoir qu’il présenta dans diverses expositions, sur les bords du Viaur, puis dans sa commune, ensuite dans l’Ardèche, le Gaillacois, etc.

 

Depuis, sa collection s’est étoffée, tarare, noria, manège ; électrifiée en partie et proche du réel par la mise en eau d’une roue à cuillers, ancêtre de nos centrales hydrauliques.

 

En fond musical, quelques chansons sur les moulins, souvent chansons d’amour,  la belle meunière, le moulin qui jase, moulin rouge, les moulins de mon cœur, midi au moulin, etc.

 

En tant qu’intervenant occasionnel il présente ses œuvres aux scolaires à la demande des municipalités, heureux de voir les regards surpris mais aussi de pouvoir répondre aux questions souvent pleines de bon sens, preuve que son travail n’a pas été inutile.

 

Les adultes, initiés ou profanes apprécient ce travail artistique qui se veut pédagogique avant tout, les maquettes de moulins d’Henri Cros……..à voir et à revoir. ))

 

Depuis, l'ensemble a été électrifié, c'est assez bruyant ce qui attire les visiteurs intrigués.

 

 


Quelques détails

Service facile et gratuit

Je crée mon site

La roue     Le céréalier       La scie



Rouet, lanterne et pivot



           Martinet, soufflet de forge

       et commande de la trempure

Petit résumé sur les meules

 

Dans notre pays, dans l’ancien temps les paysans faisaient eux-mêmes leur farine avec de petites meules à mains, puis les moulins à eau virent le jour.

Vers les XIe et XIIIe siècles les seigneurs interdirent les meules à mains et obligèrent les gens à amener leur grain au moulin, apparurent alors les moulins à vent.


Les meules, de diamètres et d’épaisseurs différentes étaient extraites de carrières meulières de plus ou moins grande importance, à ciel ouvert ou souterraines, parfois situées proche du moulin.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


Hélas la qualité n’étant pas toujours très bonne, il fallait les faire venir de sites plus éloignés par des moyens de transport terrestres et fluviaux dont on imagine la difficulté.


Si les carrières ne pouvait fournir de meule d’un seul bloc

(monolithique) ou si le meunier le souhaitait, on confectionnait

des meules à sections, comme les portions de fromage,

parfois de roches différentes, que le charron cerclait de

deux plats de fer (frête), on les nommait meules anglaises.

 

Taillées dans diverses roches, granit, grès, basalte, calcaire,

schiste, elles étaient soigneusement choisies en fonction des

besoins du meunier ; expérience en constante évolution

depuis le néolithique, en fonction de la dureté des céréales

moulues mais aussi des couleurs en adéquation avec la

couleur des farines.


En effet, les meules s’usent et les fines particules de sable qui en résultent se mélangent à la farine, hors certains grés contenant des métaux donnaient une couleur jaune à cette dernière, on les utilisera donc pour l’orge et le seigle, on les qualifiait de moulins bruns.


Pour les moulins blancs, la meilleure des pierres, composée en presque totalité de silice fut extraite de La Ferté-sous-Jouarre au XVIIIe siècle, d’autres sites virent le jour dans la Brie.


Leur solidité était largement supérieure aux autres et on ne trouvait plus (ou bien moins) ces traces de roche qui usaient les dents de nos aïeux grands consommateurs de pain.


Elles étaient utilisées dans presque toute l’Europe,

on les disait meilleures meules du monde.


Les surfaces de contact entre meules sont rainurées

de façon à accrocher les grains pour mieux les broyer

et ensuite évacuer la mouture vers la périphérie.


On vient de voir que ces parties s’usaient plus ou moins

rapidement suivant l’utilisation faite, il fallait donc,

lorsque cela devenait nécessaire, refaire ces rainures.

 

 

 


  Certains meuniers le faisaient eux-mêmes,                                                                                                  mais c’était un travail dangereux à cause du                                                                                                maniement des meules pesant souvent plus                                                                                                  d’une tonne mais aussi et surtout des éclats                                                                                                de pierres et de métal des piquettes pointues                                                                                              (marteaux à rhabiller) qui cassaient.


  Aussi faisait-on appel à des spécialistes, les                                                                                                rhabilleurs, qui passaient de moulin en moulin,                                                                                            par sécurité ils choisissaient toujours le                                                                                                        meilleur forgeron de la région pour forger et                                                                                                tremper leurs marteaux aux pointes d'acier;                                                                                                malgré ces précautions leurs mains étaient                                                                                                  pleines de bleus et d’éclats divers.


Pour accéder aux meules il fallait enlever les parties en bois qui les entourent, la trémie et l’archure, c’était relativement facile, le plus dur restait à faire…


Pour lever la meule tournante on s’y prenait de

plusieurs façons.

Soit un treuil, soit des cales et des leviers de bois,

soit une potence munie de deux crochets articulés

venant saisir la meule dans deux trous pratiqués

de chaque coté de celle-ci.


La lever, la mettre sur le coté du céréalier et la

retourner pour accéder à la surface à travailler.


Quand le rhabillage était terminé, il fallait faire

le cheminement inverse, équilibrer la meule

tournante, remettre en place l'archure, le cabalet,

la trémie, reprendre les réglages et le farinier

était prêt pour une nouvelle campagne.

 

Le farinier devait toujours être prêt à fonctionner, sinon on risquait de perdre les clients, aussi presque tous les moulins céréaliers avaient-ils deux fariniers, on dit deux paires de meules.

Le treuil

La potence 

Toutes les photos sont personnelles et ne peuvent être utilisées à des fins commerciales.

Merci de me le demander  pour un usage à des fins personnelles, je peux vous les envoyer en meilleure qualité photo, il ne devrait pas y avoir de problème.


                                       Contact : mailto:          cros-henri@orange.fr   

 

         Si les moulins ne vous passionnent pas plus que ça, 

         allez tout de même jeter un œil à Amoureux des moulins et Nouveautés 

         où se trouvent photos et articles les plus récents............ça en vaut la peine.        

           Expositions 2015

Dimanche 26 juillet 2015

Fête des battages à Peyrole 81310

Bonne expo, visiteurs nombreux et attentionnés.

Samedi et dimanche 15 et 16 août 2015

Porte ouverte au vignoble

Le Haut des Vergnades à Cadalen 81600

Bonne expo, accueil familial, belles journées festives.

Samedi et dimanche 5 et 6 septembre 2015

à Bernac 81150

Expo de qualité, nombreux exposants locaux, échanges intéressants, ambiance fête de village très agréable.


Vendredi 11 septembre 2015 intervention périscolaire et le dimanche 13, tout public

Fête de la rivière Tarn

à Pratgraussals 81000 Albi

Malgré le temps incertain, un large public était au rendez-vous pour participer aux diverses activités proposées par le Syndicat Mixte de Rivière Tarn. 

L'expo des maquettes sous un barnum au bord du Tarn en a surpris plus d'un.

Les échanges de connaissances techniques et de sites à visiter ont été fructueux.

C'était notre troisième participation avec les jeunes et dynamiques organisateurs.

 

2016

Cette année le calendrier familial a pris le pas sur mes expositions, aussi je n'ai pu satisfaire la demande, c'est dommage. J'espère que l'année à venir me laissera un peu plus de disponibilités autant envers la famille que pour les organisateurs de festivités.

Tout de même, j'ai travaillé un peu sur l'exposition et notamment trouvé des graines et céréales anciennes.

 


Voir suite

 

N'hésitez pas à visiter toutes les pages, vous y trouverez sans doute une réponse à vos questionnements.


De toutes façons j'espère que vous passerez un agréable moment.


Pour les internautes débutants

Cliquez sur les pages ci-dessous

 


Mes maquettes


          D'autres maquettes


        Amoureux des moulins


                Nouveautés


 

 

Bonne visite !

                 Expositions 2017

11 Juillet   Maison de retraite Saint André à Gaillac

Très bien accueillis par les animatrices, avec un repas savouré ensemble à l'ombre des mûriers.

Les résidents ont été surpris par l'expo ce qui a permis à certains qui avaient tendance à se replier sur eux même de retrouver le sourire en leur rappelant leur vécu et à la grande surprise du personnel, se lancer dans des discussions fort intéressantes et instructives. 

Puis une gentille pensionnaire âgée de cent trois ans, très attentive, nous a dit avoir appris bien des choses, ce qui nous a beaucoup touché.

 

Photos de Marylène Naudin

Du 12 au 14 Août          Portes ouvertes au "Domaine des Vergnades" à Cadalen

Toujours amicalement reçus lors de ces journées festives, l'ambiance y est familiale et cette année,

la présence et l'aide de nôtre "petit" Baptiste nous a donné une satisfaction particulière.

Public toujours aussi surpris par les moulins et aussi la superbe collection de vrais tracteurs anciens.

Sans oublier les œuvres de marquèterie, de peinture... et le bon vin !


Les nombreux convives attablés dans la bonne humeur.

La cuvée de Jeannot présentée par lui même.

La cuisinière méritante et sa délicieuse soupe à l'ail.

La visite du vignoble avec un petit cours d'œnologie par Séverin en personne.


10 Septembre    Aux Avalats à la demande du "Syndicat Mixte de Rivière Tarn"

Quatrième expo au bord du Tarn avec ce groupe de jeunes dynamique et actif.

 

Les maquettes ont plu à tout les visiteurs, les échanges ont été riches en connaissances et fructueux.

 

Public de tous âges attentif.

Accrobranche.

Galère au son du tambour.

Balades pour les plus jeunes.

 

Non publiés, un joli concours photos et bien d'autres activités.




Joli moulin au bord du Viaur

 

Je suis à la recherche d'une chaine et de ses tampons ou du moins leurs fixations pour rééquiper une ancienne pompe à chapelet... Merci !

 

Je cherche aussi deux meules genre meule à aiguiser Ø30cm environ pour étoffer mes expositions... Merci encore !

 

     cros-henri@orange.fr